Comment faire un Bilan Carbone ?

Auteur : Valérie Lizen / Date : 15 février 2022


Aujourd’hui, toute entreprise qui veut construire une stratégie climat solide doit commencer par calculer son Bilan Carbone® .

Le Bilan Carbone® est aussi de plus en plus demandé par les clients, les partenaires financiers, lorsque vous devez écrire votre stratégie RSE et votre feuille de route base carbone ou encore lorsque vous souhaitez obtenir une certification (Ecovadis, B Corp, CDP, etc).

Comment faire ? Quels sont les certifications et labels pour le calcul du bilan carbone d’une entreprise ? Combien coûte un bilan carbone ? Combien de temps cela prend-il ?

Sommaire

Pourquoi faire son bilan carbone ?

Avant de savoir où on veut aller, il faut savoir d’où on vient…

Toute entreprise qui veut avoir une stratégie de développement durable (ou une stratégie climatique) aura pour objectif de maîtriser ses émissions de gaz à effet de serre, et de les réduire.

Pourquoi connaître son bilan carbone ?

  • Cela vous permet de monter sur la balance et de crédibiliser votre démarche = première étape d’une stratégie de développement durable et garantie anti-greenwashing
  • Il supprime les ressentis = vous décidez sur base de chiffres objectifs (faites le test dans votre entreprise : demandez à 3 personnes à leur avis ce qui émet le plus, vous obtiendrez 3 réponses différentes)
  • Il permet de sensibiliser le personnel aux enjeux énergie-climat = vous motivez, fédérez et embarquez avec vous
  • Il permet de détecter les (vrais) leviers d’action = vous connaissez ce qui émet le plus, vous pouvez donc mettre de l’énergie sur ce qui compte vraiment

Le premier bénéfice de la comptabilisation carbone est de disposer d’une information relativement exhaustive de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre (GES) engendrées par l’activité de l’organisation, de manière chiffrée plutôt que ressentie.

Cette méthode permet une quantification complète, que les émissions aient lieu directement dans l’entreprise ou indirectement chez les clients ou les fournisseurs. La règle est simple : dès lors qu’elles correspondent à une activité ou un processus nécessaire pour maintenir le niveau d’activité habituel de l’organisation, les d’émissions sont prises en compte. Ce niveau d’excellence prévient tout risque de greenwashing et apporte une vraie crédibilité à la démarche volontaire de l’entreprise.

Le fait de bénéficier de chiffres permet ensuite de prendre des décisions objectives et motivées, pour l’ensemble de l’organisation, afin de réduire efficacement son impact sur le climat.

Le bilan carbone permet en effet d’identifier clairement les activités les plus émettrices en gaz à effet de serre de l’organisation, et donc de dégager des actions à fort impact et des quick wins.

Les résultats obtenus permettent à l’entreprise de connaître ses actions possibles à court, moyen et long terme et de les prioriser plus facilement, en fonction de leur impact, de ses moyens et de ses objectifs. Cela permet de concentrer ses efforts afin de maximiser ses résultats et de limiter les pertes de temps, d’argent et les frictions potentielles sur des questions complexes (ou sensibles) qui sont en réalité secondaires au regard de l’objectif de réduction global de l’organisation.

Vu à travers le prisme du dérèglement climatique, le bilan carbone constitue le socle de tout management environnemental, dont la rentabilité pour les entreprises n’est plus à démontrer.

Outre l’impact positif lié à la démarche de réduction volontaire des émissions, les actions mises en œuvre ont également des bénéfices économiques.

Elles permettent de réduire la dépendance de l’entreprise aux énergies fossiles et d’en diminuer la fragilité économique, en cas de hausse du coût des hydrocarbures ou d’introduction d’une taxe carbone. Le management environnemental est aussi source d’économies financières, d’innovation et il est bénéfique en termes de gestion des risques (ex : réglementation, approvisionnement, productivité, catastrophes naturelles, etc.).

La méthode Bilan Carbone® permet enfin de sensibiliser et d’engager facilement une grande partie des équipes dans la démarche, favorisant l’adhésion et la co-construction efficace de solutions pour l’organisation. Au-delà des bénéfices environnementaux, ces résultats amènent de vrais bénéfices en matière de cohésion interne et de bien-être pour les collaborateurs qui sont impliqués dans une démarche durable, transparente et porteuse de sens dans leur entreprise.

À court terme, les résultats permettent de fixer un objectif de réduction dans le temps, de lancer sa démarche de réduction via des actions concrètes, de communiquer sur sa vision et ses résultats volontairement auprès de ses parties prenantes (clients, fournisseurs, partenaires, etc.).

À long terme, ces résultats permettent d’améliorer la stratégie de l’entreprise pour la rendre progressivement moins émettrice (bas carbone), plus résiliente, performante et compétitive, d’innover et de rester à la pointe dans son secteur.

Qu’est-ce qu’un bilan carbone ?

La méthode Bilan Carbone® est une méthodologie de quantification des émissions de gaz à effet de serre à partir de données facilement disponibles pour parvenir à une bonne évaluation des émissions directes ou induites par l’activité d’une organisation.

Elle est pensée comme une démarche qualitative : il s’agit avant tout pour les organisations de mettre en place une démarche d’amélioration continue de leur impact climat et non simplement de reporter leurs émissions. Elle peut s’appliquer à toute activité : entreprises industrielles ou tertiaires de toute taille, administrations, collectivités et territoires gérés par les collectivités.

Le Bilan Carbone® est :

  • Un standard d’excellence en matière de comptabilité gaz à effet de serre (GES) : il a pour objectif de réaliser une évaluation exhaustive de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités d’une organisation ou d’un territoire.
  • Un outil de management environnemental, remplissant un rôle de guide et de support des organisations dans le cadre de leurs démarches de transition énergie-climat.

L’Association Bilan Carbone (ABC) est la structure porteuse du Bilan Carbone® en France et à l’international depuis octobre 2011. Rassemblant des acteurs des secteurs privé et public, elle développe le Bilan Carbone® et le Système de Management des Gaz à Effet de Serre (SM-GES®), en accentuant notamment l’approche managériale et stratégique.

L’Association Bilan Carbone et ses partenaires travaillent ainsi à construire, actualiser et diffuser des solutions méthodologiques et opérationnelles afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre pour soutenir la transition vers une société sobre en carbone. Bilan Carbone® et SM-GES® sont des marques déposées de l’ABC.

Le Bilan Carbone® n’est pas :

  • Bon ou mauvais,
  • Un outil d’accusation (l’entreprise a le choix de communiquer ou non sur son BC®).

Il s’agit d’évaluer le plus objectivement possible les émissions de gaz à effet de serre associées aux activités de l’organisation dans son mode de fonctionnement actuel et habituel, directement ou indirectement, qu’elles aient lieu dans ses locaux, ailleurs chez ses fournisseurs ou par ses clients, et qu’elles soient émises en amont, pendant ou en aval de ces activités.

Les gaz à effet de serre pris en compte par la méthode Bilan Carbone® sont essentiellement ceux définis dans le Protocole de Kyoto – initiative internationale phare en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre – à savoir : le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), l’oxyde nitreux (N2O), les hydrofluorocarbures (CnHmFp), les perfluorocarbures (CnF2n+2) et l’hexafluorure de soufre (SF6).

La méthode Bilan Carbone® ayant pour objet de coller avant tout à la réalité physique, elle donne la possibilité de prendre également en compte d’autres GES tels que les chlorofluorocarbures (CFC), la vapeur d’eau stratosphérique, les oxydes d’azote (NOx), etc.

Une fois la mesure réalisée, l’organisation dispose des informations nécessaires à son reporting environnemental / RSE et peut construire sa vision de transition bas carbone.

Que veulent dire les scope 1, scope 2 et scope 3 ?

Selon la norme internationale ISO 14064, toutes ces émissions sont organisées selon trois périmètres (« scope ») qui permettent de les distinguer :

  • Le scope 1 est le périmètre direct : à savoir les émissions de gaz à effet de serre directes générés par l’activité ; il s’agit là des consommations directes de combustibles (essence ou diesel des véhicules possédés, chauffage des bâtiments, …), les fluides frigorigènes ainsi que les éventuelles réactions chimiques émettrices de gaz à effet de serre qui ont lieu dans les bâtiments.
  • Le scope 2 est le périmètre indirect lié à l’énergie qui couvre la production d’électricité (dont les émissions n’ont pas été générées sur le site de l’institution mais bien sur celui des centrales utilisées) qui est consommée par l’organisation, ainsi que la vapeur, la chaleur et le refroidissement achetés ou acquis.
  • Le scope 3 englobe tout le reste de l’activité, tant amont (achats, déplacements, …) qu’aval (distribution de produits, …).

Quelles sont les étapes ?

On retrouve 4 grandes étapes dans un bilan carbone.

1. Préparation

La préparation, c’est la phase de création de l’équipe projet et de sensibilisation aux enjeux énergie-climat. L’objectif est d’avoir une personne pilote dans l’entreprise, et quelques personnes ressources qui vont aider à la collecte des données.

C’est aussi pendant cette première étape qu’on va sensibiliser la direction et l’équipe projet (éventuellement tout le personnel) aux enjeux énergie-climat.

Le but, c’est de donner les connaissances de base sur les grands enjeux au regard des émissions de gaz à effet de serre et du changement climatique.

2. Cartographier les flux

La cartographie des flux permet d’identifier les grands flux de l’entreprise pour savoir quelles données collecter. Il y a 4 grands types de flux :

C’est là qu’on va lister tout ce qui va être pris en compte dans le bilan carbone de l’entreprise. Comment savoir si on prend en compte un flux ou non ?

La question à se poser est simple : “si on supprime le flux, l’activité de mon entreprise est-elle impactée ou non ? “

Exemple : faut-il prendre en compte les déplacements de mes clients qui viennent dans mon magasin puisque je n’ai pas de pouvoir sur la manière dont ils se déplacent (voiture, bus, vélo, etc) ?

La réponse est oui, il faut bien prendre en compte ce flux puisque si les clients ne viennent pas dans le magasin, vous ne pourrez pas vendre vos produits et l’activité de l’entreprise en sera affectée.

3. Collecter les données

Quand on a les flux en tête, on va examiner en détail les données de chaque flux.

But du jeu : trouver la donnée de chaque flux.

Exemple pour “chauffer les bureaux au mazout” : combien de litres de mazout sur l’année de référence .

4. Calculer et analyser

Dernière étape : faire les calculs.

Comment ?

Pour chaque donnée collectée, on va devoir trouver ce qu’on appelle un “facteur d’émission”. Il s’agit de l’impact CO2e du flux.

Exemple ici avec l’achat de 500 piles sur une année.

Á quoi ressemble le résultat final ?

Les émissions comptabilisées par la méthode Bilan Carbone® regroupent notamment :

  • L’énergie consommée par l’activité (électricité, vapeur, etc.) ;
  • Les énergies fossiles consommées (pétrole, gaz, charbon, etc.) ;
  • Les émissions liées au déplacement des collaborateurs (et des visiteurs) ;
  • Les émissions liées au transport de marchandises vendues/achetées par l’entreprise ;
  • Les émissions liées à la construction de bâtiments et des biens possédés ;
  • Les émissions liées à la fabrication de matières premières employées par l’entreprise ;
  • Les émissions liées aux emballages des produits vendus ;
  • Les émissions liées à la fin de vie des déchets engendrés par l’activité ;
  • La fin de vie des produits fabriqués et vendus par l’entreprise.

Où trouver les facteurs d’émission ?

Il existe de nombreuses bases de données qui contiennent des facteurs d’émission de gaz à effet de serre. La méthode Bilan Carbone® contient une série de facteurs d’émission. Ceux-ci sont également accessibles au grand public via la “Base Carbone” et via la “Base Impact”. En général, ces données ne suffisent pas, nous devons alors aller chercher des facteurs d’émission dans d’autres bases de données, comme la base Inies par exemple, dédiée au secteur du bâtiment et de la construction. Nous cherchons également dans la littérature scientifique et via des analyses de cycle de vie.

Peut-on faire des simulations chiffrées pour mesurer l’effet d’actions spécifiques ?

Oui absolument ! C’est la dernière étape du Bilan Carbone. Une fois que le bilan est calculé, on va “jouer” avec les chiffres pour faire des hypothèses et calculer les gains CO2 pour des actions concrètes.

Exemple 1 : si j’ajoute 30% de matière première recyclée dans ma production, quel effet sur mes émissions ?

Exemple 2 : si on réduit la consommation de gaz de 10%, quel effet sur les émissions ?

Et si j’ai plusieurs sites de production ?

Quand une entreprise possède plusieurs sites de production, ou plusieurs bureaux, ou des bureaux et des entrepôts par exemple, on va alors réaliser un Bilan Carbone “multi-sites”.

Chaque site aura son propre Bilan Carbone, et chaque Bilan Carbone sera ensuite consolidé dans un Bilan Carbone global.

Cela vous permet de visualiser la proportion d’émissions par site, et de prendre des actions spécifiques en fonction des sites de production.

Quelles sont les normes et les labels pour réaliser un Bilan Carbone ?

Le Bilan Carbone®

Développée par l’Association Bilan Carbone, cette méthode est très complète et permet d’exporter les données dans plusieurs formats tels quels que le Bilan GES réglementaire (France), le CDP 2018 (Carbon Disclosure Project), le GHG Protocol, ou encore l’ISO 14069.

D’autres méthodologies existent et sont compatibles avec le Bilan Carbone®. Les principales sont l’ISO 14064-1-2-3 : 20063, le GHG Protocol et les réglementations nationales. Les outils BC® sont utilisables dans le cadre de ces démarches car ils répondent à leurs exigences.

Combien de temps faut-il pour réaliser un Bilan Carbone d’entreprise?

Selon la taille de l’entreprise et l’étendue des données à collecter, la durée totale variera entre 3 mois pour une très petite entreprise, 4-5 mois pour une PME et 6 à 8 mois pour une grande entreprise.

Combien coûte un Bilan Carbone ?

Si vous réalisez votre Bilan Carbone® en interne, il vous faudra investir en ressources humaines (du temps) et éventuellement en formations. Pour pouvoir utiliser la méthode et les fichiers du Bilan Carbone® vous devrez suivre la formation Bilan Carbone® et posséder une licence annuelle.

Si vous faites appel à un cabinet externe, comme Smart2Circle, le budget pour réaliser votre Bilan Carbone dépendra de la taille de votre entreprise, du nombre de sites, de la disponibilité des données et de la quantité de données à analyser. Comptez pour une PME un budget compris entre 8.000€ HT et 20.000€ HT.

Smart2Circle peut réaliser votre Bilan Carbone® et vous aider à mettre en oeuvre votre stratégie bas carbone.
Contactez-nous !

Contactez nos experts

Références :